Vins rosé, une consommation en forte progression

  • L'actu du monde du vin

vin rosé

Depuis une quinzaine d'années, la réputation du vin rosé a beaucoup évolué, tout comme ses qualités gustatives. Si aujourd'hui ouvrir une bouteille de vin rosé à la belle saison est entré dans les moeurs, ce vin de couleur rose pâle n'a pas toujours été plébiscité. De nombreuses idées reçues existent à son sujet car, il faut le reconnaître la qualité n'a pas toujours été au rendez-vous. Longtemps vu comme un vin d'apéro et à boire seulement l'été, sa réputation n'est plus à faire car il existe maintenant des vins rosés premiums, très qualitatifs et de gastronomie.

Consommation de vin rosé : une progression fulgurante

D'après le dernier rapport de l'Observatoire Mondial du Rosé, les chiffres sont hallucinants. Entre 2002 et 2018, la consommation de vin rosé aurait augmenté d'au moins 40%, tandis que sur la même période seulement 5% de progression concernent les vins tranquilles blancs et rouges. L'année 2018 représente un record à elle seule puisque la barre des 25,5 millions d'hectolitres de vin rosé consommé a été atteinte.

Actuellement, au moins un verre de vin sur dix consommé dans le monde est un verre de rosé et c'est encore plus vrai en France où une bouteille sur trois ouvertes est une bouteille de rosé. La France se classe ainsi comme le premier pays consommateur de vin rosé au monde. Aux États-Unis aussi l'ascension est incroyable puisque le vin rosé est devenu une véritable référence surtout pour les millennials qui ont donné sa chance à ce vin souvent déprécié pour en faire une tendance de tous les instants de consommation et en toute saison.

Après plusieurs années de stagnation, 2018 remet tous les indicateurs au vert avec une production vertigineuse de vin rosé de 26,4 millions d'hectolitres : 30% de plus que l'année précédente ! Jusqu'où ira-t'on en 2021, affaire à suivre...

Le rosé de Provence tire son épingle du jeu

Bien que plusieurs pays se soient mis à en produire, le rosé reste une spécialité française et plus particulièrement de la Provence. En effet, cette seule couleur représente pas moins de 90% de la production régionale et pour cause, puisque le rosé de Provence est reconnu dans le monde entier pour sa qualité exceptionnelle. La région Languedoc fait également une place de choix aux vins rosés en termes de production, tout en ne parvenant pas à obtenir le même engouement pour ses vins rosés que les emblématiques bouteilles de rosés de Provence. Les Domaines de Provence produisent environ 40 % des rosés français relevant d’une appellation d’origine contrôlée.

Un rapport des Douanes, en date du mois de mai 2021, fait état d'une augmentation de 516% en volume des ventes à l’étranger de bouteilles estampillées « rosé de Provence » ces 10 dernières années !

À l'international, l'Espagne prend la place de leader sur les rosés de type "entrée de gamme" ainsi qu'en termes de volume et l'Italie exporte un peu moins mais à prix plus coûteux. Cependant, la France reste le pays numéro un concernant les rosés "premium" et compte bien conserver sa place encore un moment. La production de vin rosé atteint aussi un record historique aux États-Unis avec 5 millions d’hectolitres, lui permettant de rester dans le top 3.

Le marché de l'export, un axe de développement majeur pour les vins rosés

Pour finir sur une autre bonne nouvelle, malgré la Covid et les taxes en vigueur en début d'année aux États-Unis, la progression de l'export du vin rosé est également hausse ! Sans surprise, les vins rosés français et italiens figurent parmi les plus importés par les États-Unis, consacré comme premier pays importateur en termes de valeur. La France et le Royaume-Uni font partie du top 3 qu'il s'agisse de la valeur ou du volume des vins rosés.

Concernant l'exportation, l'Espagne et l'Italie jouent des coudes une fois de plus, permettant de garder le même trio de tête avec la France. Toutefois, le savoir-faire français n'est plus à prouver puisque le rosé français est vendu cinq fois plus cher que les autres, une belle performance !

Ce qu'il faut retenir : les pays du Sud de l'Europe sont plus compétitifs à l'export tandis que les pays de l'hémisphère Nord dominent les importations mais quoi qu'il en soit, vous pouvez être rassurés il n'y aura pas de pénurie de rosé avant un moment !

Laissez nous un commentaire

Votre adresse restera confidentielle